Votre projet, parlons-en

Contactez un expert Altereo

Projet d'étude, d'urbanisme ou d'informatique Opération de communication ou événementiel Recherche de partenariat, relation presse N'hésitez-pas, contactez-nous.




Voir directement nos implantations et coordonnées
Accueil>Stories>Étude urbaine pour la valorisation et la préservation de l’identité des centres et hameaux anciens

Étude urbaine pour la valorisation et la préservation de l’identité des centres et hameaux anciens

Constituée en communauté d’agglomération depuis 2004, Saint-Quentin-en-Yvelines comprend 12 communes (Coignières, Élancourt, Guyancourt, La Verrière, Les Clayes-sous-Bois, Magny-les-Hameaux, Maurepas, Montigny-le-Bretonneux, Trappes, Plaisir, Villepreux et Voisins-le-Bretonneux) de l’ouest parisien et regroupe 230 000 habitants.

Elle fait partie intégrante de l’Opération d’intérêt national Paris-Saclay et du Grand Paris.

Objectifs de la mission

Créée en 2016, Saint Quentin en Yvelines (SQY) engage, la même année, une réflexion sur un projet de territoire durable. Il s’agit de créer une vision stratégique à l’échelle de l’agglomération qui permette une synergie et une complémentarité des entités du territoire dans un contexte d’innovation, leur apportant lisibilité et visibilité.

Le projet de territoire consiste également à proposer une lisibilité claire des actions intercommunales et locales. Cet objectif s’inscrit notamment dans l’articulation des différents documents prescriptifs et programmatiques qui s’imposent au territoire, de ses politiques sectorielles et ses projets concrets.

Ainsi, l’étude pour la valorisation et la préservation de l’identité des centres et hameaux anciens de l’agglomération s’inscrit parfaitement dans ce projet de territoire.

Le territoire de l’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines est couvert par un PLUi (7 communes) et 5 PLU. Un inventaire patrimonial a déjà été réalisé à l’échelle des 12 communes. Ce dernier recense les éléments patrimoniaux et est repris notamment dans les documents d’urbanisme de 10 des 12 communes de l’agglomération.

Néanmoins, ces prescriptions de préservation du patrimoine remarquable ne parviennent pas à elles seules à encadrer l’évolution et à préserver l’identité des centres anciens et hameaux du territoire. Alors que les grands développements se font plus rares et alors que les quartiers de la ville nouvelle sont difficilement évolutifs ; des nouvelles pressions pèsent sur ces secteurs dont les caractéristiques et l’organisation foncière facilitent l’évolution.

Dans la note de communication aux élus, la Vice-Présidente en charge de l’aménagement du territoire et de l’habitat, Alexandra Rossetti, avait noté :

« Ces centres et hameaux anciens sont aujourd’hui menacés.
La pression foncière dont ils sont l’objet accentue le risque de dégradation de leurs spécificités
et du cadre de vie que ces lieux d’exception offrent aux habitants et usagers du territoire ».

La mission confiée à Altereo vise donc à disposer d’un cadre cohérent et opérationnel pour l’évolution des centres anciens et hameaux du territoire. Cette étude s’inscrit à la fois dans le projet de territoire et dans les objectifs du Développement Durable. Elle doit élaborer des propositions innovantes, durables et respectueuses de l’identité des territoires et ainsi répondre aux objectifs suivants :

  • Identifier les hameaux et centres anciens caractéristiques du territoire dont l’évolution est à encadrer
  • Définir leurs qualités urbaines, paysagères, fonctionnelles et leur rôle dans l’architecture territoriale
  • Analyser les capacités d’évolution de chaque secteur suivant les documents d’urbanisme en vigueur et les risques de dégradation
  • Produire des scénarios d’évolution et des préconisations pour renforcer la qualité bâtie, paysagère et périurbaine de ces espaces

Contexte local

L’agglomération est notamment caractérisée par la cohésion entre son organisation urbaine ancienne et sa morphologie physique.

En effet, si Saint-Quentin-en-Yvelines semble présenter une topographie peu marquée, l’organisation spatiale des ensembles bâtis anciens s’est basée sur des éléments géographiques forts : les vallées creusées par différents cours d’eau comme la Bièvre ou le Ru d’Elancourt, l’étang de Saint-Quentin, ou encore la colline d’Elancourt.

Ces différents hameaux et centres anciens, installées au sein des « accidents topologiques » du territoire offrent une multiplicité de micro-paysages, témoins de la richesse de l’identité de SQY.

La création de la ville nouvelle a réduit les espaces ouverts que ponctuaient les entités urbaines initiales et laisse place à de vastes aplats bâtis dans lesquels se noient parfois les noyaux anciens.

Les espaces libres du territoire, longtemps vus comme des réserves foncières pour l’agglomération, participent aujourd’hui au caractère périurbain du territoire et offrent des paysages de campagne à certains hameaux

Prestation complémentaire

Dans le cadre de la phase de diagnostic de l’étude pour la préservation et la valorisation des centres et hameaux anciens, un volet de concertation est prévu. Ce volet a notamment un objectif de pédagogie auprès des habitants : il s’agit de faire connaître l’histoire de leur territoire aux riverains pour une meilleure appropriation du patrimoine.

Afin d’accompagner les panneaux d’exposition présentant l’étude, une courte vidéo a été réalisée expliquant la formation urbaine de l’agglomération.

A la découverte de notre patrimoine territorial

Vidéo SQY
A la découverte de notre
patrimoine territorial

Animation vidéo diffusée aux journées du patrimoine les 21 et 22 septembre 2019

La vidéo est composée d’une partie cartographique qui présente le territoire et ensuite d’une présentation par schémas qui expliquent des termes urbanistiques. Elle explique l’implantation des hameaux et permet d’en comprendre les raisons.

Dans cette vidéo, les facteurs d’explication sont alors nombreux.

D’abord d’un point de vue géographique. Le plateau de SQY est marqué par des vallées irriguées de cours d’eau. La topographie locale marque donc le territoire. Les hameaux historiques se sont alors implantés sur les plateaux ou en bordure de vallée.

Le second facteur d’implantation des hameaux du territoire est de nature historique. Depuis l’antiquité romaine, de grands axes de circulations relient Paris aux villes alentours. Ce réseau a été complété au 19e siècle par le réseau de chemin de fer, notamment la ligne de Chartres, parallèle à la nationale 10.

Les centres et hameaux anciens se sont alors implantés de plusieurs manières :

  • Au croisement des grandes voies
  • Dans le creux des vallons
  • Sur les éperons géographiques en surplomb

Aujourd’hui, les hameaux et centres anciens, ont pour certains conservés une organisation historique ou sont intégrés au fonctionnement des nouveaux quartiers. Il y a aussi des quartiers pavillonnaires très structurés, plus ou moins dense en bâti et en espaces verts, et qui disposent tous d’un patrimoine vernaculaire témoignant de leur histoire. Ce patrimoine est fondateur de leur identité et révèle le génie du lieu qui fait sa spécificité. Ces espaces sont ceux qui sont restés les plus stables au cours des 40 dernières années.

2020-09-22T14:51:54+02:00